//La Ligue Nationale d’improvisation et ses à-côtés : L’historique de cette aventure québécoise.

La Ligue Nationale d’improvisation et ses à-côtés : L’historique de cette aventure québécoise.

Texte de nature journalistique, ayant pour thème la création de la Ligue Nationale d’Impro et tout ce qui l’entoure, d’une durée de quelques mots. À la lecture.

Par Sarah Martel

La genèse de l’aventure

C’est à la Maison de Beaujeu que Robert Gravel et Yvon Leduc vont créer en parole la structure du match d’impro. Mais, avant même cela, Gravel a tenté trois impros inusités : 24 heures d’impros entre Robert Gravel et Lorraine Pintal où il n’y aura pas de public et sera filmée par Yvon Leduc, 12 heures en trio où le public est libre d’entrer et de sortir et un spectacle dans lequel Gravel joue un gardien de zoo avec de vrais animaux et des comédiens. Robert Gravel pense à la structure des matchs d’improvisation après. Il imagine des matchs basés sur un jeu de société : Le Monopoly. Gravel imagine un dé géant et des comédiens se déplacent sur des cases. Cependant, Yvon Leduc n’est pas intéressé à cette formule, il propose un jeu plus dynamique et compétitif : Le Hockey. Les deux hommes visualisent des équipes, des arbitres, des règlements et une patinoire.

Robert Gravel à droite
Photographe : Jacques Blouin
Courtoisie de : François Grenier

Ils recrutent des amis : Yvan Ponton pour l’arbitre, Pierre Martineau pour le maître de cérémonie, Gaston Lepage sera le premier comédien invité. Mais, il faut plus de joueurs, des instructeurs, un organiste, etc. Malheureusement, les horaires sont chargées, il est donc difficile d’inclure les réunions et les quatres soirs de spectacles prévus. On décide donc de faire les rencontres et les spectacles les vendredis à minuit et les lundis. Il y aura un premier match, en guise de générale, mais celui-ci déçoit tout le monde. Il manque quelque chose d’essentiel : le public. Gravel et Leduc doivent convaincre la troupe de revenir. La LNI sera créée par le Théâtre expérimental de Montréal et débutera son aventure.

Les vrais débuts de la LNI

Le premier match officiel de la LNI à été présenté le 21 octobre 1977 sur la patinoire de la Maison de Beaujeu. Ce fut une soirée mémorable, la foule était enthousiaste et le succès a été foudroyant. La Ligue Nationale d’Impro prend son envol.

La première saison devait comporter quatre parties, elle en comptera finalement dix-sept. Les règles du jeu se précisent et les choses se mettent en place pour une deuxième saison.

L’année suivante, donc en 1978, la ligue comptera six équipes. C’est le début de l’expansion qui en surprendra beaucoup. En 1980, la ligue a énormément de succès. Robert Gravel va fonder avec Yvon Leduc et Anne-Marie Laprade, le Théâtre de La Ligue Nationale d’Improvisation. Cette compagnie à but non lucratif est le seul organisme de théâtre professionnel à s’occuper de la diffusion, de la production et de la promotion de spectacles d’improvisation théâtrale.

La ligue est de plus en plus populaire. La LNI passe de la Maison de Beaujeu à la salle Alfred-Laliberté de l’UQAM. Elle connaîtra une poussée de croissance grâce à la diffusion des matchs à Radio-Québec. Après la première saison télévisée, en décembre 1982, Michel Rivard invitera les jeunes à improviser davantage. Cette invitation ne tombera pas dans l’oreille d’un sourd. Puisque des profs et des étudiants contacteront la LNI pour avoir les règles du jeu. Les organisateurs qui répondent aux demandes, rêvent à la création de ligues mineurs, comme dans la LNH. Des ligues d’improvisation amateur se formeraient un peu partout dans la province. La LNI offrira des ateliers de formation dans les écoles, ainsi que des cours dirigés par des joueurs. En billet de cela, la LNI joue des matchs de démonstration en Europe où des ligues seront créées.

La salle Alfred-Laliberté à l’UQAM
Photographe : Jacques Blouin
Courtoisie de : François Grenier

La tournée en France et première coupe du monde

Une délégation de joueur partira en France. Il y aura douze joueurs qui forment deux équipes, deux entraîneurs, arbitre, etc. Pendant six semaines, ils se déplaceront de ville en ville : Bordeaux, Paris, Marseille, etc. Il y aura en tout une vingtaine de représentation. La LNI donnera des ateliers aux comédiens locaux. Les comédiens européens et québécois ont aimé leurs expérience, puisqu’en 1985 à lieu la première coupe du monde d’impro, qui les réuniront. Cet événement a lieu à Montréal et à Québec. C’est une réunion des meilleurs joueurs français, suisses, belges et québécois. Le Québec remporte haut la main. En 1987, Robert Lepage, grâce à son impro mythique en solo New York, réalité ou illusion, gagne le prix Gémeaux pour Meilleure Performance Télévision. Même si la LNI est toujours populaire, ses belles années sont les années 1980. Cependant, cela ne l’empêche pas de poursuivre l’aventure.

L’aventure se poursuit

Malheureusement, En 1996, Robert Gravel s’éteint. Yvon Leduc prendra la relève de la LNI. Le 21 octobre 1997, pour le vingtième anniversaire de la LNI, on rend hommage à Robert Gravel en retirant son numéro un et celui-ci ne sera plus jamais porté. La ligue, depuis la fin des années 1990, offre et présente des activités en improvisation théâtrale dans les écoles, les entreprises et les ligues amateures. De 2000 à 2008, il y aura la diffusion du Nationale et du Mondial d’Impro juste pour rire sur les ondes de Télé-Québec. En 2007, pour le trentième anniversaire de la ligue, la LNI présente les Grand Duels. Ces derniers mettent l’emphase sur l’importance de l’écriture ( orale ), de la mise en scène et de l’interprétation d’une improvisation. En octobre 2008, le Théâtre de la LNI présente le sommet des ligues d’improvisation en parallèle du sommet de la francophonie à Québec. Ce sont des séries de matchs et d’ateliers entre les nations qui rassemble des improvisateurs de treize pays francophones. Notre chère LNI va mettre sur pied, en 2010, les premiers Etats généraux de l’improvisation théâtrale. L’objectif est de passer trois jours à réfléchir sur la place de l’improvisation au théâtre, Robert Lepage participé à cet événement. En 2017, la ligue part en tournée et effectue vingt-deux présentations au Québec et à Ottawa, il y a des spectacles et des ateliers dans six villes canadiennes avec la Fondation Paul-Gérin Lajoie. Aussi, la LNI fait onze représentation en Europe.

Depuis ses débuts, la LNI est devenue une institution reconnue ici et ailleurs. Plus de trois-cent cinquante artistes se sont produits sur la patinoire, dont : Normand Brathwaite, Patrice L’Écuyer, Claude Legault, Michelle Deslauriers, Michel Rivard. Réal Bossé, Patrick Huard et Guy Jodoin font partie de la LNI présentement. C’est un lieu de création, de rencontre et d’échange artistique pour les comédiens où le travail d’équipe est primordial. La LNI est présentement en séries éliminatoires de son habituelle saison de la Coupe Charade, la finale aura lieu le 13 mai 2019. La ligue se produit maintenant au Club Soda et le directeur artistique n’est plus Yvon Leduc, mais bien François-Étienne Paré. Bref, nous pouvons être fier de cette formule, jouée maintenant dans trente pays et en huit langues, inventée par Robert Gravel et Yvon Leduc.

Michel Rivard en impro
Photographe : Jacques Blouin
Courtoisie de : François Grenier
Yves Jacques et Normand Bratwaite
Photographe : Jacques Blouin
Courtoisie de : François Grenier