//Le Rocket de Laval : une fusée prête à décoller

Le Rocket de Laval : une fusée prête à décoller

Alors que les amateurs et les experts prévoyaient une saison en dessous des attentes, les Canadiens de Montréal ont toutefois réussi à nous surprendre, en passant bien près de se classer pour les séries éliminatoires. Cette course aura duré jusqu’à la toute fin de la saison régulière.

Par Samuel Lapointe

Si nous devons en tirer une chose de cette dernière campagne, c’est que l’avenir de l’organisation montréalaise semble être très prometteur. En plus de l’ajout de Tomas Tatar et de Max Domi, deux acquisitions de la part du directeur général des Canadiens qui ont relancés en quelque sorte l’équipe, de nombreux jeunes et bons espoirs se sont greffés au sein de l’organisation au cours des dernières années. Nous pouvons penser tout d’abord au jeune finlandais Jesperi Kotkaniemi (3e au total au repêchage d’entrée en 2018) qui, à seulement 18 ans, viens de conclure une saison plus que respectable, en amassant 34 points en 79 rencontres. Afin d’analyser l’avenir du Tricolore plus en profondeur, dressons donc un bilan de ce qui se passe en bas, dans la LAH.

Rocket de Laval

Le club de la Ligue américaine de hockey (LAH) affilié aux Canadiens, le Rocket de Laval, vient de conclure sa deuxième saison de son histoire. Pour la seconde fois, ces derniers n’ont su se qualifier pour les séries aussi appelées le bal du printemps. Cependant, nous ne devons pas oublier le fait que cette organisation est aussi en transition, comme l’est le grand club. L’entraîneur-chef du Rocket, Joël Bouchard, vient tout juste de disputer une première saison à la barre de l’équipe. Ce produit de la Ligue de hockey junior majeure du Québec (LHJMQ) viendra donc apporter un vent de fraîcheur à l’équipe au fil des prochaines saisons.

Pour ce qui est des joueurs, la plupart des espoirs ne jouaient pas pour le Rocket lors de la dernière saison. Quelques-uns d’entre eux se joindront à l’équipe dès cet automne, ceux-ci étant admissibles à un poste professionnel. Voici donc une liste des joueurs qui pourraient se rapporter au Rocket lors de la prochaine saison.

Ryan Poehling

Après des débuts fracassants dans la Ligue nationale de hockey (LNH), ceux qui avaient des doutes quant au jeune Ryan changeront certainement d’avis rapidement dès cet automne. Terminant son stage avec l’université de St. Cloud, au Minnesota, celui-ci a conclu la saison en égalant sa marque personnelle, soit de 31 points en 36 matches. Après avoir été élu joueur par excellence du Championnat Mondial Junior des moins de 20 ans, amassant 8 points en 7 matches, Ryan a terminé sa saison en disputant le dernier match de la saison des Canadiens, et il n’a pas raté l’occasion pour impressionner. En effet, ce dernier a récolté pas moins de 3 buts sur 3 tirs, marquant en plus le but victorieux en fusillade. Poehling n’a pas que des aptitudes offensives. Il excelle également en zone défensive. Deux facettes du jeu qui aideront grandement tant le Rocket que les Canadiens dans le futur.

Nick Suzuki

Étant l’objet principal de la transaction qui a envoyé l’ancien capitaine du Tricolore, Max Pacioretty, aux Golden Knights de Vegas l’automne dernier, Nick Suzuki fera tourner des têtes dès le début de la prochaine saison. Venant tout juste de conclure sa dernière saison de son stage junior, amassant pas moins de 94 points en 59 matches, Suzuki se joindra au Rocket de Laval, à moins d’un camp d’entraînement exceptionnel chez les Canadiens. Après Ryan Poehling, il est assurément le meilleur espoir de l’organisation, et sa prestance lors des séries éliminatoires de la Ligue de hockey de l’Ontario vient prouver ce fait. Il a su élever son jeu d’un cran et il a conduit son équipe tel un vrai « leader » jusqu’au championnat, acceptant par le fait-même le titre de joueur par excellence du tournoi ainsi qu’un billet pour la Coupe Memorial. Le flair offensif de Nick aidera grandement le Rocket, eux qui ont souvent été blanchis lors de la dernière campagne. Avec Suzuki, Laval sera en voiture!

Joël Teasdale

Malgré le fait qu’il n’a été repêché par aucune équipe de la Ligue nationale de Hockey, Joël a su se démarquer assez pour se mériter un contrat avec les Canadiens lors du dernier camp d’entraînement. Terminant lui aussi son stage junior, après avoir passé quatre saisons avec l’Armada de Blainville-Boisbriand et 29 matches avec les Huskies de Rouyn-Noranda, Joël a récolté une magnifique somme de 80 points en 63 matches. Ayant guidé son équipe jusqu’à la finale du tournoi printanier, son total de 34 points en 20 matches a permis aux Huskies de remporter le Trophée des Présidents, leur permettant donc de prendre part à la Coupe Memorial. Jeune joueur talentueux qui sait lever son jeu d’un cran, son ajout au Rocket fera grand bien à l’équipe, qui a des difficultés à remporter parfois des matches importants.

Josh Brook

Défenseur à caractère offensif dans la Ligue de hockey de l’ouest, Josh Brook vient de conclure une saison phénoménale avec les Warriors de Moose Jaw, récoltant 75 points en 59 matches, soit le plus haut total de points pour un défenseur cette saison. Son apport offensif pourra aider le Rocket, qui n’est pas renommé pour le talent de ses défenseurs. Cependant, comme l’a dit Marc-André Dumont, entraîneur des Screaming Eagles du Cap-Breton jusqu’à tout récemment et entraîneur adjoint avec équipe Canada lors du dernier Championnat Mondial Junior, il ne faut pas s’attendre à ce qu’il « dirige l’avantage numérique et qu’il fera des jeux à l’emporte-pièce. Dans la LNH, je pense que s’il se développe, il sera un gars de troisième paire. Sans mettre de pression sur lui, peut-être que ça va être mieux que ça et tant mieux, mais ça va être un processus. »

Cayden Primeau

Quand on parle de relève devant le filet des Canadiens de Montréal, quand on parle de celui qui a le potentiel de succéder Carey Price dans le futur de l’organisation, on pense à Cayden Primeau. Étant l’un des meilleurs gardiens de but collégiens depuis deux ans, remportant notamment le prix du meilleur gardien de l’année dans la NCAA (National Collegiate Athletic Association) la saison passée, Primeau a su exceller lors de la dernière saison, cumulant une fiche de 25 victoires et 10 défaites en 36 matches, n’accordant qu’en moyenne 2,09 buts par match et en obtenant un pourcentage d’arrêt de 93,3%. Il partagera donc le filet avec Michael McNiven, la saison prochaine avec le Rocket de Laval, et pourrait même lui ravir le poste de gardien de but numéro un. Calme devant son filet, son attitude lui permettra d’atteindre de hauts sommets dans sa carrière.

Avec l’ajout potentiel de tous ces joueurs, il ne reste qu’à espérer que le Rocket connaisse du succès très rapidement et qui sait, peut-être pourra-t-il remporter prochainement sa première Coupe Calder.