//Musique Classique : Futur incertain chez les jeunes?

Musique Classique : Futur incertain chez les jeunes?

Est-ce que la musique classique à sa place chez les milléniaux? Est-ce que les jeunes d’aujourd’hui sont capables d’assez de sensibilité et d’intellect pour apprécier les œuvres d’un génie pianiste tel que Chopin? Dur de ne pas être inquiet.

Par Marc-Antoine Lapierre

Pour commencer, je crois que la musique classique ne devrait pas s’inscrire en tant que musique, mais bien en tant que message, un message venant vibrer dans l’âme et la sensibilité de la personne qui l’écoute. Que ce soit la fougue des compositeurs russes tels que Chostakovitch et Tchaïkovski ou l’agilité extraordinaire de Liszt et Paganini, il est indéniable que la musique classique cherche à émouvoir et je doute fortement que les jeunes d’aujourd’hui aient les outils nécessaires pour l’apprécier à son plein potentiel.

Je crois que pour apprécier quelque chose à sa juste valeur, il faut avoir un intérêt marqué pour ce dit sujet. Ce qui m’amène à penser qu’en raison d’un manque d’intérêt vraiment marqué, il est impossible d’accéder à cette interprétation qui donne justice aux génies qui ont composé ces grands airs. Comment pouvons-nous apprécier l’extraordinaire Franz Liszt sans savoir que, plus jeune, il frôlait l’automutilation de ses propres doigts, car il en avait une peur bleue? Comment apprécier la fougue de Beethoven sans connaître l’histoire violente de sa relation avec son propre père? Ce que j’essaye d’expliquer, c’est qu’il est nécessaire d’avoir un intérêt si on souhaite comprendre le message complexe que la musique classique essaye de nous envoyer. Un intérêt qui n’est tout simplement pas là, ce qui n’est pas une mauvaise chose en soi, mais qui est essentiel pour l’apprécier. J’aimerais ici mentionner que je ne crois pas qu’il s’agisse d’un manque d’intellect, mais bien un manque d’intérêt. Ce manque d’intérêt s’explique lorsqu’il est mis en relation avec ma seconde idée. Un autre obstacle à la musique classique aujourd’hui est le gavage de musique commerciale que nous faisons subir à nos jeunes.

Ces musiques dégradantes viennent polluer l’esprit et l’âme. Ce qui est frustrant, par rapport à cet aspect, c’est qu’en mettant de l’avant ces musiques, nous privons des jeunes avec tellement de potentiel des véritables artistes. Nous les privons de la passion, de l’ivresse et de l’émotion. Je trouve ça absolument scandaleux. Ici vient s’expliquer le manque d’intérêt! Pourquoi faire un effort pour rechercher des mélodies complexes alors que vous en avez des précuites servies sur le plateau de l’esprit? Gaver nos jeunes de musique populaire est en fait les priver de se développer en tant que personne et j’oserai même dire en tant qu’esprit.

Pour conclure, je dois dire que je crois au potentiel des jeunes. Seulement, je crois qu’ils ne possèdent pas les outils nécessaires, ce qui vient annoncer un futur incertain.